Animes

Baby Steps

today21/02/2022 64

Arrière-plan
share close
  • Titre original : ベイビーステップ
  • Série TV · Japon Japon · 25 × 24 min
  • Origine : Manga
  • Diffusion terminée : du 06/04/2014 au 21/09/2014 · Saison : Printemps 2014
  • Début de diffusion en simulcast/streaming : 22/04/2014
  • Genres : Romance – School Life – Slice of Life
  • Thèmes : Ecole – Sport – Tennis – Tournois
  • Studio d’animation : Studio Pierrot
  • Simulcast / streaming : J-One (Licence expirée : ADN)
  • Site web officiel : Lien

Synopsis : Maruo Eiitirô, surnommé E-chan, est lycéen. Cependant, il s’ennuie et ne sait pas comment s’occuper en dehors des cours.
Un jour, il tombe par hasard sur un flyers faisant la promotion du club de tennis. Curieux, il décide d’y aller pour se renseigner et fini par s’y inscrire. Le seul problème, c’est qu’il n’a aucune expérience. Il va donc devoir tout apprendre.

Mini-critique : 

Première saison

C’était en été 2014 et je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir le cafard en regardant le dernier épisode de Baby Steps : la série se terminait à peine après avoir commencé son envol. Elle allait disparaître comme si de rien n’était alors que tout était encore à venir, et n’allait jamais arriver. Autant dire que l’annonce d’une suite pour le printemps 2015 a été une énorme source de joie. Bien que la série est désormais de nouveau en cours de diffusion, j’aimerais néanmoins prendre le temps d’expliquer dès maintenant pourquoi Baby Steps malgré son apparence très classique, n’est pas si ordinaire qu’il n’y paraît.

Cet anime est l’adaptation par le Studio Pierrot d’un manga publié dans Weekly Shounen Magazine et écrit ainsi que dessiné par la mangaka Hikaru Katsuki depuis 2007. Baby Steps est avant tout l’histoire de Maruo Eiichiro, un élève modèle, premier de classe, affublé du sobriquet A-chan par ses camarades de classe qui le taquinent et l’apprécient, lui et ses notes parfaitement organisées. Maruo a une vie déjà rangée et routinière, sans réelle passion. Il décide même de s’inscrire hors de l’école à un club de tennis, afin de s’exercer et maintenir sa bonne santé. Un vrai vioc cet enfant.

Un début d’histoire relativement classique, et assez lent : Maruo apprend à aimer le tennis, perfectionne sa frappe contre un mur pendant des heures, et commence péniblement ses premiers matchs où sont expliquées les règles du tennis de A à Z. Ajoutez à ça une animation généralement mollassonne, et une musique peu marquante : on est loin de l’excitation habituellement procurée par les animes sportifs.

Baby Steps | Anime-Sama

Et de fait, Baby Steps se distingue avant tout par son approche réaliste. On entend généralement par série sportive réaliste un anime qui respecte les règles du sport, ainsi que les limites humaines et les lois de la physique. Sans aucun doute, Baby Steps n’est pas Prince of Tennis et il ne faut pas s’attendre à des matchs où les joueurs, transformant les balles en boules de feu, répètent sans cesse qu’ils sont les meilleurs et n’abandonneront jamais. Baby Steps n’est pas le premier à adopter une telle approche, qui permet, dans ce cas-ci, au tennis de mieux exprimer ses aspects techniques et tactiques.

Ce qui rend le déroulement bien plus unique en revanche, c’est la manière très méthodique de présenter la progression de Maruo. Il ne s’agit pas de montrer sans arrêt le héros à l’entraînement, mais de souligner les étapes fondamentales que doit traverser tout joueur de tennis, ainsi que la manière de penser une évolution jusqu’à un niveau professionnel : comment gérer efficacement le temps dépensé, la façon d’améliorer son habilité physique, l’importance de la psychologie pour un sportif, du raisonnement comme de l’instinct. Baby Steps touche à tous ces aspects avec intelligence et est un régal pour tous ceux qui, comme moi, apprécient autant les matchs que leur préparation.

Je parlais de début lent mais cette impression disparaît rapidement au fur et à mesure des épisodes : la série ne perd que rarement son temps et l’auteure n’hésite pas à faire des sauts dans le temps si nécessaire. Au final le rythme des événements s’avère très satisfaisant, et bien plus rapide que la plupart de ses confrères.L'anime Baby Steps licencié en France

Le protagoniste Maruo est le deuxième élément unique de la série, mais plus important encore, Maruo est Baby Steps. Le premier épisode nous donne une présentation très efficace de son personnage : quelqu’un vivant par la raison, conscient de ses actions au point d’avoir des interactions sociales parfois maladroites, méticuleux et volontaire. Incapable de survivre à l’échauffement en début de série, Maruo va réfléchir, répéter et agir pour faire évoluer son jeu, petit à petit. Un héros avec un cerveau ne se refuse pas et la manière dont il l’utilise est ce qui le rend atypique. Cela s’applique également aux matchs de tennis où il ne s’agit pas pour Maruo d’agiter sa raquette dans tous les sens en espérant toucher quelque chose, mais bien d’analyser son adversaire et s’adapter à son jeu. Si Baby Steps ne possède pas d’action spectaculaire, il compense par l’aspect stratégique et la réflexion.

Le monde du tennis n’est pas si simple que ça cependant et pour évoluer, Maruo va recevoir l’aide de différents coachs et le soutien de ses amis. On peut dire que les personnages de Baby Steps sont sympathiques mais peu développés en dehors du protagoniste. Les interactions entre Maruo et ses connaissances sont davantage là pour nous divertir entre deux matchs plutôt que pour fournir des relations complexes et prenantes, bien que ses adversaires ont suffisamment de caractéristiques propres pour rendre les matchs intéressants.

Au niveau des relations humaines, le plus réussi reste la manière dont le tennis affecte la vie personnelle de Maruo. Celui-ci grandit au cours de la série autant en tant que joueur qu’en tant que personne : en élargissant son monde à travers sa passion, il gagne en assurance, rencontre des gens d’horizons de plus en plus variés, et tombe amoureux. Oui, je n’en ai pas parlé jusqu’à présent, mais il existe un deuxième protagoniste, Natsu Takasaki, élève de l’école de Maruo et tenniswoman d’un niveau bien plus élevé que Maruo. Honnêtement, le personnage de Natsu n’est pas extraordinaire et pourra apparaître à l’écran comme un peu trop parfaite, mais sa présence bien qu’assez secondaire est rafraîchissante et la relation entre Maruo et Natsu se développe naturellement et progressivement, chose assez rare pour être plus que la bienvenue.

Etant avant tout lecteur du manga, une des grandes questions qui se pose pour moi est l’appréciation de Baby Steps en tant qu’adaptation. Malheureusement, c’est sur ce point où mon jugement est le plus tourmenté car la série n’apporte pas grand chose à part des visages alienesques (inconsistance des visages) et autres horreurs chthoniennes (spectateurs 3D). Il est certes très agréable de voir un manga que l’on aime s’animer, mais devant la relative pauvreté de l’animation, on peut se demander parfois s’il ne serait pas plus mal de se contenter des planches du manga. Cela dit les qualités de l’adaptation ne devraient pas être ignorées non plus : la série reproduit de manière très fidèle l’histoire du manga et gère efficacement le rythme des épisodes. Elle offre en outre un très bon opening et ending, et propose également des voix pour Maruo et Natsu réussies.

Baby Steps ne fait donc pas dans le tape-à-l’oeil, et ne peut pas se targuer d’être un produit très attrayant par rapport à la concurrence. Mais en ce qui concerne la substance et la longue durée, il n’y a aucun doute pour moi que l’aventure de Maruo se range dans le haut du panier des séries sportives.

Deuxième saison

A plus d’un égard, un nouveau commentaire sur Baby Steps pourra apparaître comme redondant. Non, pas de changements majeurs pour cette deuxième saison qui maintient ses points forts comme ses limites. Malgré tout, Baby Steps m’est sacré, une de mes séries préférées de 2015, et je serais bien damné de ne pas profiter de l’occasion pour m’étendre une nouvelle fois en louanges.

Pour tous ses 26 épisodes supplémentaires, on ne peut pas dire que Baby Steps atteigne une conclusion plus satisfaisante que lors de sa première saison. En cela réside sans doute sa plus grande faiblesse, faiblesse d’autant plus amère que les développements qui accompagnent cette suite donnent lieu à une histoire et des matchs de grandes qualités. En effet il ne serait pas exagéré d’affirmer que c’est avec le premier arc dédié au voyage de Maruo aux Etats-Unis que les choses sérieuses commencent. Si jusqu’à présent le jeune joueur brillait davantage par son potentiel que par ses résultats, la donne change rapidement au fur et à mesure qu’il récolte les fruits de son entraînement intensif. Après des balbutiements peu glorieux et une lente progression, le dur labeur paie et Maruo devient un adversaire véritablement dangereux.

L’évolution est remarquable et son jeu s’en voit considérablement grandit. Maruo continue à développer un style fortement basé sur le contrôle mais avec un corps suffisamment entraîné pour être au mis au service du cerveau, de nouvelles stratégies apparaissent et de nouveaux mouvements sont maîtrisés. Ces servants du beau-jeu donnent lieu à des matchs plus tactiques et plus intenses en même temps que les enjeux montent.

Bien que plus impressionnante, l’action ne se fait pas au détriment de l’approche réaliste sportive, caractéristique toujours aussi primordiale chez Baby Steps. C’est tout particulièrement le cas au niveau de l’entraînement de Maruo, qui gagne en technicité et en détails, mais l’on pourrait inclure également les considérations professionnelles, encore modestes, qui apparaissent ci et là. Comme dit lors de ma précédente critique, c’est l’analyse du parcours de Maruo dans son entièreté qui rend la série si captivante et l’on peut dire que la deuxième saison reste tout aussi, si pas plus, convaincante qu’à ses débuts.

L'anime Baby Steps, en Visual Art
 

La maturation de Maruo se voit également à travers son éducation sentimentale et encore une fois Baby Steps reste fidèle à son titre : sa relation avec Natsu continue lentement son bout de chemin et bien que cette dernière soit très peu utilisée en tant que protagoniste à part entière, la romance entre les deux adolescents s’avère toujours aussi adorable et l’une des moins frustrantes du medium.

Baby Steps demeure l’histoire d’une personne et plus que jamais le succès de son exécution donne lieu à un héros franchement réussi : Maruo dans son combat pour son futur est devenu challenger, pas qu’en terme de tennis mais au niveau de la vie elle-même. Bien qu’extraordinaire à certains égards, ses efforts humains, son bon sens et ses échecs en font un personnage des plus attachant, un joueur que l’on a envie de supporter à chaque étape de son parcours.

La séparation est difficile et le sentiment de finalité donné au dernier épisode, alors que le plat de résistance n’a toujours pas commencé, rend l’annonce d’une troisième saison incertaine. Sans doute pouvons-nous prier pour son retour, mais plus que tout j’espère que vous apprécierez, ou aurez apprécié, autant que moi ces 50 épisodes. Baby Steps en tant qu’anime a beau être condamné à une faible popularité (le manga se porte plutôt bien heureusement), il n’en reste pas moins à mes yeux une série sportive hors du commun.

Pas de date connue encore pour la saison 3 ! 

Disponible EN VO : https://www.playtech-asia.com

Écrit par: animix

Rate it

Article précédent

News

Suite annoncée pour l’anime Classroom of the Elite

Suite annoncée pour l'anime Classroom of the Elite Le site officiel de l'anime Classroom of the Elite, adapté des light novels éponyme (Yôkoso Jitsuryoku Shijô Shugi no Kyôshitsu e) de Syougo Kinugasa a révélé lundi l'arrivée d'une suite. Un programme spécial sur la chaîne YouTube Kadokawa Anime se déroulera le 6 mars prochain à 20 h 00 pour dévoiler de plus amples informations. Shôya Chiba (voix de Kiyotaka Ayanokôji) et Yurika Kubo (Kikyô Kushida) seront de la partie. L' anime, format […]

today21/02/2022 37


Articles similaires

Logos Et applis
Partenaires
0%